Yemaya

Keyword Search
 
Issue No.48
  • :0973-1164
  • :mars
  • :2015

Célébrée le 8 mars, la Journée internationale de la femme est l’occasion pour les femmes de par le monde de manifester ensemble leur solidarité, d’évoquer leurs luttes en cours pour l’égalité, la liberté, la dignité, pour une vie exempte de violence. À l’origine, l’histoire dit qu’il y a eu une manifestation des ouvrières du textile à New York ; puis, depuis maintenant une centaine d’années, avec cette commémoration du 8 mars, sur leur long chemin vers plus de liberté, les femmes peuvent faire un état des lieux collectif, établir le bilan de leurs avancées et de leurs échecs, et planifier pour l’avenir. Comme le montrent divers articles de ce bulletin, c’est ce qu’elles font aussi dans les communautés de pêche et côtières, où leur quotidien témoigne de l’esprit de lutte et de résistance incarné par la Journée internationale de la femme.

À l’occasion de ce 8 mars donc, il convient de rendre hommage à des militantes comme Tahira Shah et Chandrika Sharma qui, sans répit, ont consacré leur vie à défendre les droits des travailleurs de la pêche artisanale (tout particulièrement les femmes) à travers le monde. Tahira Shah, l’une des responsables du Forum des pêcheurs pakistanais (PFF), est décédée tout récemment. Elle aura combattu tout le temps, d’abord contre le conservatisme de sa famille d’origine qui l’entravait, ensuite pour améliorer sans relâche l’existence des petits pêcheurs du Pakistan.

DATES

Femmes 2000


Ramya Rajagopalan (icsf@icsf.net), chargée de programme à l’ICSF


La 59ème session de la Commission de la condition de la femme des Nations-Unies s’est déroulée du 9 au 20 mars 2015 à New York. Dans le contexte de la Quatrième conférence mondiale sur les femmes qui s’est tenue en 1995 à Beijing, elle a entrepris un examen des progrès réalisés dans l’application de sa Déclaration et de son Programme d’action et des conclusions de la 23ème session extraordinaire de l’Assemblée Générale (Femmes 2000 :Égalité entre les sexes, développement et paix pour le XXIè siècle). La Déclaration politique de cette 59ème session se félicite des progrès réalisés en matière d’égalité entre hommes et femmes, mais se déclare également préoccupée de leur lenteur et leur inégalité. Il reste de grandes lacunes, de gros obstacles pour la mise en œuvre des 12 domaines critiques du Programme d’action. Elle s’engage à parvenir à des résultats mesurables pour 2020, et à réaliser pleinement l’égalité des genres, l’autonomisation des femmes et les droits humains des femmes et des filles pour 2030.

<

Sign up for Yemaya Table of Contents Alerts