Yemaya

Keyword Search
 
Issue No.43
  • :0973-1164
  • :juillet
  • :2013

Que ce soit en Afrique du Sud, au Chili, en Ouganda ou en Inde, comme le montre ce numéro de Yemaya, les femmes de la pêche artisanale et à petite échelle sont confrontées à des difficultés croissantes dans leur vie quotidienne. Entre des gouvernements bureaucratiques et des marchés prédateurs, d’une part, des organisations professionnelles contrôlées par les hommes et la violence des quartiers et même du domicile, la vie peut devenir infernale pour la plupart d’entre elles. Ces femmes tiennent habituellement le coup grâce à leur force intérieure ou à l’entraide mutuelle ; mais pour qu’elles obtiennent justice et trouvent la place qu’elles méritent dans ce secteur et la société, il reste tellement à faire.

AMÉRIQUE LATINE : Chili

Des progrès, des difficultés

À Valparaiso, le Congrès international des femmes de la pêche artisanale a évoqué des victoires et les nombreux problèmes qui persistent


Natalia Tavares de Azevedo (nataliatavares@ufpr.br), chercheuse à l’Université fédérale du Paraná, et Naina Pierri (pierrinai@gmail.com), Membre de l’ICSF, professeure à l’Université fédérale du Paraná, Brésil


La Confédération nationale des pêcheurs artisans du Chili (CONAPACH) a organisé un Congrès international des femmes de la pêche artisanale qui s’est déroulé du 5 au 7 juin 2013 à Valparaiso, Chili. Y ont participé quelque 150 femmes des pêches artisanales chiliennes, de nombreux responsables masculins de la CONAPACH, des représentants des pouvoirs publics, et une trentaine de personnes (pêcheurs et experts) venues des pays suivants : Brésil, Argentine, Pérou, Bolivie, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Panama, Honduras, Nicaragua, Kenya. L’ICSF a soutenu la participation de pêcheuses du Costa Rica et du Brésil et d’autres personnes représe