Yemaya

Keyword Search
 
Issue No.43
  • :0973-1164
  • :juillet
  • :2013

Que ce soit en Afrique du Sud, au Chili, en Ouganda ou en Inde, comme le montre ce numéro de Yemaya, les femmes de la pêche artisanale et à petite échelle sont confrontées à des difficultés croissantes dans leur vie quotidienne. Entre des gouvernements bureaucratiques et des marchés prédateurs, d’une part, des organisations professionnelles contrôlées par les hommes et la violence des quartiers et même du domicile, la vie peut devenir infernale pour la plupart d’entre elles. Ces femmes tiennent habituellement le coup grâce à leur force intérieure ou à l’entraide mutuelle ; mais pour qu’elles obtiennent justice et trouvent la place qu’elles méritent dans ce secteur et la société, il reste tellement à faire.

AFRIQUE : Afrique du Sud

Moyens d’existence changeants

L’évolution rapide des pêches en Afrique du Sud et au Mozambique pousse hommes et femmes à d’adapter différemment suivant les ressources disponibles


Philile Mbatha (phililembatha87@gmail.com), Unité d’évaluation environnementale, Université de Cape Town, Afrique du Sud


En Afrique du Sud et au Mozambique, les communautés rurales du littoral exploitent depuis bien longtemps les ressources de la mer, de la forêt et des champs pour faire vivre leurs familles. Bien que ces populations aient des traditions culturelles différentes suivant le pays, elles partagent un passé colonial, avec des inégalités et des vulnérabilités évidentes générées par l’époque de l’apartheid en Afrique du Sud et de la guerre civile au Mozambique, et qui ont agi sur la nature des moyens d’existence disponibles pour ces communautés. Les études menées dans ces deux pays par une collègue (Mayra Pereira) et moi-même font apparaître les différences dans les moyens d’existence suivant les sexes et les façons dont les hommes et les femmes choisissent, optent et s’adaptent dan