Yemaya

Keyword Search
 
Issue No.34
  • :0973-1164
  • :juine
  • :2010

Au moment où le présent numéro de Yemaya est imprimé, la fuite de pétrole sur le puits de la compagnie BP dans le golfe du Mexique continue à alimenter la marée noire qui touche les côtes des États-Unis, causant des dégâts sans précédent à l’environnement, à la vie marine. On mesure encore mal l’ampleur de cette catastrophe sur le plan écologique, social et économique. Cette marée noire nous rappelle malheureusement les multiples menaces qui pèsent sur la pêche et les communautés de pêcheurs. L’exploitation commerciale des océans, la surpêche, les évolutions technologiques, la concurrence pour l’occupation de l’espace littoral, la pollution et la destruction des habitats côtiers, autant de facteurs qui font sentir leurs effets sur les populations de pêcheurs à travers le monde. Ils frappent au coeur les communautés et les familles, déstabilisent les moyens de subsistance, modifient les rapports de force, la répartition du travail entre hommes et femmes, fragilisent la sécurité alimentaire et le bien-être des communautés.

COMPTE-RENDU / CANADA

Regarder en arrière, regarder en avant

Les femmes débattent de leurs problèmes et des options dans la pêche artisanale du Canada


Coastal Learning Communities Network. Ce réseau cherche à rapprocher les communautés des côtes Atlantique, Arctique et Pacifique et préconise le recours à des modèles autochtones pour la gestion des ressources naturelles.


Le 30 mars 2010, huit femmes des côtes Atlantique et Pacifique se retrouvaient dans un cercle d’apprentissage pour discuter du rôle des femmes dans les pêches canadiennes. Dans le groupe, il y avait des femmes autochtones et non autochtones, chacune avec sa propre expérience en matière d’organisation et de recherche dans le secteur de la pêche. Séparées par des centaines et même des milliers de kilomètres, elles ont composé un numéro de téléphone sans frais et formé un cercle virtuel. La personne qui s’exprimait passait ensuite une plume à la suivante pour qu’elle s’exprime à son tour.

La séance a commencé par une prière :

« Regardons dans les quatre directions et rendons grâce dans to