Yemaya

Keyword Search
 
Issue No.39
  • :0973-1164
  • :mars
  • :2012

Éditorial

Depuis maintenant plus de cent ans, la Journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars. Au début, des travailleuses pauvres manifestaient ce jour-là dans la rue pour réclamer de meilleurs salaires. Au fil du temps, gouvernements, entreprises et institutions mondiales se sont mis aussi à marquer l'événement. Cette année, les Nations unies ont choisi pour thème officiel Autonomiser les femmes rurales - Éradiquer la faim et la pauvreté. C'est assurément un objectif important, dont pourraient tirer parti non seulement les femmes de la pêche mais aussi une majorité de femmes à travers le monde.

Dans la plupart des pays en développement, l'économie rurale repose sur le travail rémunéré ou non rémunéré des femmes. Celles-ci constituent globalement près de la moitié de la main-d’œuvre dans l'agriculture et la pêche artisanale, plus de la moitié dans les pêches intérieures. Dans les zones rurales, en plus de ce travail d'agricultrice, de pêcheuse ou de vendeuse de poissons, elles doivent souvent trouver aussi un quelconque emploi salarié pour pouvoir joindre les deux bouts. À elles également une part disproportionnée des responsabilités en matière de tâches ménagères, de soins aux enfants, aux malades, aux anciens. Chez les petits pêcheurs, le dénuement peut être si grand et si répandu que, pour faire face, les femmes sont obligées de cumuler de plus en plus d'heures de travail au détriment de leurs droits pourtant élémentaires : éducation, nutrition, santé, bien-être général. Il apparaît que les modes dominants du développement et de la gestion des pêches ne font qu'intensifier la vulnérabilité globale des femmes dans ce secteur.

ÉDITORIAL

Depuis maintenant plus de cent ans, la Journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars. Au début, des travailleuses pauvres manifestaient ce jour-là dans la rue pour réclamer de meilleurs salaires. Au fil du temps, gouvernements, entreprises et institutions mondiales se sont mis aussi à marquer l'événement. Cette année, les Nations unies ont choisi pour thème officiel Autonomiser les femmes rurales - Éradiquer la faim et la pauvreté. C'est assurément un objectif important, dont pourraient tirer parti non seulement les femmes de la pêche mais aussi une majorité de femmes à travers le monde.

Dans la plupart des pays en développement, l'économie rurale repose sur le travail rémunéré ou non rémunéré des femmes. Celles-ci constituent globalement près de la moitié de la main-d’œuvre dans l'agriculture et la pêche artisanale, plus de la moitié dans les pêches intérieures. Dans les zones rurales, en plus de ce travail d'agricultrice, de pêcheuse ou de vendeuse de poissons, elles doivent souvent trouver aussi un quelconque emploi salarié pour pouvoir joindre les deux bouts. À elles également une part disproportionnée des responsab

Sign up for Yemaya Table of Contents Alerts