Samudra Report

Keyword Search
 
Issue No:74
  • :septembre
  • :2016

End quote

Analyse / ONGE

Il faut appuyer sur le frein

De grandes ONG environnementales obtiennent la concession de vastes aires protégées en mer et à terre sans réel mécanisme de suivi, contrôle et exécution


Cet article a été écrit par Gilles Lhuilier (glsn@orange.fr), Professeur de droit international, École Normale Supérieure, Rennes, France, Responsable scientifique du GLSN, programme de recherche sur la mondialisation du droit de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) à Paris (https://transnat.hypotheses.org)


Les États accordent des concessions maritimes ou terrestres aux grandes ONG environnementales qui sont souvent des trusts. Ces ONG gèrent alors ces réserves environnementales à la place des États qui leur en concèdent la gestion. Le board du trust dont les activités sont financées par des entreprises transnationales décide seul (sans contrôle démocratique) des actions environnementales à entreprendre. Les populations locales et les citoyens sont le plus souvent ignorants des projets ou écartés de la gestion de ces réserves environnementales. Ils en sont pourtant parfois des victimes directes : par exemple les pêcheurs ou les agriculteurs artisanaux. Alors que la lutte contre le changement climatique a été en grande partie...

Sign up for SAMUDRA Report Table of Contents Alerts