Samudra Report

Keyword Search
 
Issue No:65
  • :0973-113x
  • :juillet
  • :2013

Citation littéraire

Par-dessus la mer bleue planait le mystère de l’obscurité de la nuit ;
le soleil de midi avait perdu sa fougueuse vigueur et diffusait le
splendide jaune pâle d’une pleine lune. Tout autour de moi, devant
et de chaque côté, ce n’était qu’étendues d’eau ; la terre et l’air
semblaient enrobés d’un film d’eau mouvante, et j’entendais dans
mes oreilles le bruit de l’eau qui tombe.

­­— Extrait de Le mystère de la mer, de Bram Stoker

Nouvelle-Zélande / Travail

Des esclaves

Les conditions de travail de migrants sur des navires opérant dans les eaux néo-zélandaises sont tout simplement de l’esclavage


Cet article a été écrit par Christina Stringer (c.stringer@auckland.ac.nz) et Glenn Simmons (g.simmons@auckland.ac.nz) du Département de gestion et de commerce international, École de commerce, Université d’Auckland, Nouvelle-Zélande


Sur la scène internationale, on considère que la Nouvelle-Zélande est dotée d’une industrie de la pêche de premier ordre. Et pourtant, pendant plus de trois décennies, le travail forcé a constitué un élément clé des opérations des navires de pêche étrangers qu’elle affrétait (voir encadré p. 11). Au début de 2011, des marins indonésiens embarqués sur deux navires sud-coréens (Shin Ji et Oyang75) pêchant dans les eaux néo-zélandaises sont descendus à terre et ont fait état de sévices physiques, psychologiques et sexuels de la part d’officiers coréens et de non-paiement de salaires.

Le mouvement de protestation lancé par ces membres d’équipage a déclenché une suite d’événements qui allaient remettre en cause la gouvernance des pêcheries confiées à ces navires étrangers sous contrats d’affrètement. Des membres...

Sign up for SAMUDRA Report Table of Contents Alerts