SAMUDRA Report

Keyword Search
 
Issue No:70
  • :0973–113x
  • :mars
  • :2015

Poissons chanteurs

Vous envoyez des saletés dans l’étang
où fredonnaient les poissons chanteurs !
Ils ne fredonnent plus, car leurs branchies sont toutes colmatées.
Alors je les renvoie. Oh, leur avenir est sombre.
Ils marcheront sur leurs nageoires, et seront terriblement fatigués
À la recherche d’un peu d’eau qui ne soit pas si polluée

— In The Lorax de Dr Seuss

Sénégal / SARDINELLE

Roulette russe

Les gros chalutiers étrangers autorisés à prélever la sardinelle mettent en danger les moyens de subsistance des communautés de pêche artisanale


Cet article a été écrit par Béatrice Gorez (cffa.cape@scarlet.be), Coordinatrice de la CAPE/CFFA, à partir de contributions de Sogui Diouf (APRAPAM) et de Gaoussou Gueye (CAOPA)


En ce moment même, avec nos pays africains durement touchés par la crise économique, par la sécheresse et la désertification qui s’étendent dans la région, notre sardinelle aide beaucoup à survivre. La sardinelle c’est notre sang ; c’est le poisson des pauvres, notre filet de sécurité alimentaire, dit Gaoussou Gueye, actif dans la pêche artisanale sénégalaise depuis une trentaine d’années, Secrétaire général de la CAOPA (Confédération africaine des organisations professionnelles de la pêche artisanale).

En Afrique de l’Ouest, les petites espèces pélagiques (sardinelle notamment) sont convoitées par de nombreux opérateurs : principalement des flottes de pêche lointaine venues de Russie, d’Europe du Nord, d’Asie de l’Est, des groupes internationaux comme Pacific Andes, la société chinoise Poly Hondone, avec l’appui de fonds internationaux de capital-risque...

Sign up for SAMUDRA Report Table of Contents Alerts