SAMUDRA Report

Keyword Search
 
Issue No:66
  • :0973-113x
  • :diciembre
  • :2013

Citation littéraire

Ah la belle matinée ! Loin derrière nous, le soleil
arrivait au-dessus de l’horizon de la mer, et
le ciel était tout d’or, joyeux, tout échauffé,
et la mer brillant comme une vitre, le vent en panne,
les vagues assoupies en de longues et faibles ondulations,
l’écume du sillage d’un bleu glacier pâle dans l’air jaune.

— Extrait de Mer et Sardaigne de D H Lawrence

Norvège / Bateaux de Pêche

Recours au privé

Le système d’inspection des petits bateaux par des prestataires privés marche bien


Cet article a été écrit par Yngve Folven Bergesen (Yngve.Folven.Bergesen@sjofartsdir.no), chef de la section navires de pêche à l’Autorité maritime norvégienne


Le métier de pêcheur est dangereux. En Norvège, on considère même que travailler sur un petit bateau est l’occupation la plus dangereuse dans le pays. L’Autorité maritime norvégienne (Sjøfartsdirektoratet) juge donc qu’il est indispensable de contrôler les bateaux de pêche afin d’assurer la sécurité du bateau et du pêcheur. L’inspection doit porter sur la structure en général et sur l’équipement à bord.

La Norvège possède une flotte de plus de 6 200 navires de pêche de diverses tailles. Cela va de la petite embarcation non pontée de 5 m environ au gros chalutier de plus de 100 m. Les bateaux de plus de 15 m sont inspectés et certifiés par l’Autorité maritime ; et depuis 2001, quelque 800 unités faisant entre 10, 67 m (35 pieds) et 15 m ont été contrôlées par des sociétés privées agréées mandatées par l’Autorité maritime.

Si le navire satisfait aux exigences, un document appelé Instruction pour l’usage du navire est...

Sign up for SAMUDRA Report Table of Contents Alerts